Au secours, mon enfant mord !

03/06/2020

Tant mieux, c'est qu'il s'exprime et s'affirme, commence la construction de l'estime de lui-même, communique avec ses pairs... Je peux encore vous trouver une dizaine d'arguments positifs. Parce que finalement lui ça ne le dérange pas de mordre, il trouve même cela normal. Et il y a vous, son parent. Et vous, ça vous dérange. Le regard des autres parents ou adultes, parfaits et bienveillants évidemment, qui, selon vous, portent sur vous et sur l'éducation que vous donnez à votre enfant, un regard lourd, noir et rempli de jugements négatifs, ça vous dérange. Rassurez-vous, tous les parents se retrouvent un jour ou l'autre démunis face au comportement de leur(s) enfant(s). Pour vous rassurez encore un peu, un enfant «trop sage » ce n'est pas plus confortable car c'est un enfant qui ne s'exprime pas et qui communique très peu. Je vais vous donner plusieurs pistes à explorer pour tenter de comprendre ce qu'il se passe pour votre enfant lorsqu'il vous mord ou mord quelqu'un.

L'exploration

De 0 à 18/24mois, l'enfant est dans une période d'exploration, plus particulièrement d'exploration buccale. En effet, lors de son premier repas de vie, l'enfant découvre de nouvelles sensations grâce à sa bouche qui entre en contact avec le sein de sa maman ou le biberon. Cela va rester son principal « outil » pour découvrir ce qui l'entoure, les textures, les goûts. C'est ce qu'on appelle la phase orale. Qu'il ait des dents ou non, pour lui ça ne change pas grand-chose, il va tester. D'ailleurs, il va d'avantage mordre tout ce qu'il trouve dès que la douleur de la poussée dentaire va se faire sentir. Les vingt dents de bébé apparaissent entre le huitième mois et les trois ans de l'enfant en moyenne.

Attirer l'attention

Un enfant qui ne parle pas doit trouver une autre solution pour attirer l'attention lorsque quelque chose ne va pas. Par exemple, lorsqu'il se sent menacé par un autre enfant, il peut le mordre. C'est alors un mécanisme de défense. Ici il est important de réconforter l'enfant mordu mais aussi de rassurer l'enfant mordeur plutôt que de hausser la voix pour qu'il ne réitère pas. L'enfant peut aussi exprimer le fait de ressentir du stress. Notamment lorsque nous, nous sommes stressés, notre communication non-verbale va nous trahir très vite. Ce stress peut également être déclenché par l'arrivée d'un(e) petit(e) frère/sœur ou un déménagement, un grand changement dans le quotidien qui bouscule les repères. C'est donc l'émotion ressentie qui le pousse à mordre ce qui se trouve à proximité. A ne pas négliger non plus, l'impatience peut parfois être caché derrière une morsure.

Déclarer son amour

Pour ceux qui ont des animaux de compagnies, ils ont déjà observé que les chiens ou les chats peuvent mordre pendant une séance de câlins. Et bien pour l'enfant c'est pareil, il lui arrive de mordre pour dire « je t'aime ». Quelle maman ou papa n'a pas fait semblant de manger le doigt de son enfant en le mettant dans sa bouche pour le pincer avec les lèvres en ajoutant « je t'aime tellement que je te mangerais ». Les jeunes enfants trouvent ceci très drôle d'ailleurs. Croquer quelqu'un signifie alors garder une partie de lui près de soi. Puis il y a tous les bisous sur la bouche des papas et des mamans, ou avec maman et papa simplement, qui notifient à l'enfant qu'un contact avec la bouche est un signe d'attachement fort. Seulement l'enfant est impulsif et cette « excès » d'amour l'amène donc à mordre dans certains cas.

Les solutions que je vous propose

Pour accompagner votre enfant à ne plus mordre il est primordial de ne pas dire devant lui qu'il est agressif ou méchant. Il faut également éviter devant d'autres enfants. La répétition de ces propos va finir par faire croire à l'enfant ce que vous dites. Il va mordre pour satisfaire l'idée que vous vous faites de lui ou des enfants pourraient être amenés à écarter l'enfant mordeur du groupe pour se protéger suite à vos recommandations. Si le drame à eu lieu dans la journée, il est normal en tant que parent, de l'enfant mordu ou mordeur, de se sentir mal à l'aise. Néanmoins, un enfant passe très vite à autre chose, personne ne naît rancunier (on le devient au fil du temps). Un réflexe que peuvent également avoir tout parent qui à reçu ce même modèle étant petit, c'est de le mordre pour lui montrer que ça fait mal. Dans ce cas, les mots suffisent « Tu as le droit d'exprimer ce que tu ressens mais pas de cette façon. Mordre ça fait mal. ». Inutile également de le punir. Pour lui son geste est légitime, même parfois normal. C'est son moyen de communication. Vous punissez donc le fait qu'il communique, qu'il s'exprime, ce qui va, au fil du temps, le pousser à se replier sur lui-même, développer en lui un sentiment de dévalorisation.

Vous pouvez lui proposer une alternative à la morsure. Pour explorer, rien de mieux que de vivre pieds nus. Il vous suffit alors de mettre à sa disposition des jouets de différentes textures, couleurs, sonorités. Avec ses pieds et ses mains il pourra alors sentir toutes les textures qui l'entourent et sera moins tenter de les découvrir avec sa bouche, même si cela reste une étape obligatoire dans le développement de l'enfant. Il est également important de toujours laisser à proximité des jeunes enfants de quoi expérimenter, se divertir. Ils pourront alors choisir, dans un moment d'ennui un peu long par exemple, de jouer, de créer, d'imaginer. Si c'est pour exprimer un mal-être, quelque chose de négatif, autorisez-le à crier, à pleurer, à taper par terre ou sur un oreiller (quelque chose qui ne lui fera pas mal et qui ne fera pas de mal). Lorsque c'est pour exprimer de l'amour, prenez le temps, à plusieurs reprises de lui expliquer ce qu'est un bisou, une caresse ou un câlin. Enfin, je ne pourrais que vous encourager à développer la langue des signes bébés avec vos enfants. Il ne s'agit pas de faire des phrases mais seulement les mots ou expressions nécessaires pour se faire comprendre comme faim, soif, peur, je t'aime. Cela facilitera la communication au quotidien et son apprentissage de la langue parlée.

Votre enfant n'est pas un cannibale, il s'exprime ! Rassuré(e)(s) ?

Amélie MAINGUY, Consultante en communication positive et bienveillante, le 03 juin 2020.